Amanita rubescens
(Pers. : Fr.) Pers.

Amanite rougissante

Amanita rubescens
Amanita rubescens
Amanita rubescens

La Golmotte, Amanite rougissante, Amanite rougeâtre

ou encore Amanite vineuse, une superbe amanite robuste au chapeau pouvant atteindre 15 cm de diamètre, tout d'abord globuleux, charnu, puis étalé à légèrement déprimé dans l'âge ; le revêtement, séparable en totalité, est de coloration très variable, blanc crème lavé de roussâtre, jaunâtre, rose brunâtre, brun rougeâtre, rouge vineux, une très large palette qui ne sera jamais déterminante dans l'identification de cette amanite. Il est soit couvert de petites verrues disposées régulièrement en cercles concentriques ou de plaques floconneuses, très irrégulières, plus ou moins confluentes, gris blanchâtre, jaunâtre sale, jamais blanc pur ; ces verrues ou plaques peuvent être totalement ou en partie lavées par les pluies, laissant le chapeau entièrement lisse. La marge est lisse ou très légèrement striée, concolore au reste du chapeau. Les lames libres sont serrées, inégales, larges, molles, blanches jeunes puis salies dans l'âge ou à la pression de brun rougeâtre. Le pied (stipe), 3 x 15, est généralement robuste, clavé, aminci vers le sommet, renflé à la base en bulbe sans volve, légèrement radicant, nu ou finement couronné de quelques petites verrues. Il est plein mais vite rongé par les larves, surtout à la base qui se macule de rouge vineux dans les morsures. L'anneau est ample, persistant, vite pendant, blanc, lisse à floconneux sur le dessous, nettement strié sur le dessus, les stries se prolongeant sur le haut du pied jusqu'à l'insertion des lames. La chair est tendre, molle, mince dans le chapeau, rosâtre sous le revêtement du chapeau, blanche virant au rouge vineux dans les blessures et morsures de larves ou limaces (surtout à la base) et très lentement à la coupe, au contact de l'air. L'odeur est faible, insignifiante, la saveur douce, légèrement amarescente après longue mastication (ne pas avaler !).
Une amanite commune qui fait ses premières apparitions dès le début juin et se poursuit jusqu'en fin novembre, de la plaine à la montagne, assez indifférente aux qualités du substrat, sous feuillus comme sous conifères.

C'est une amanite qui doit être parfaitement cuite pour détruire les hémolysines qu'elle contient, hémolysines éliminées à la cuisson prolongée et couvercle ouvert ; quant aux qualités de bouches, elles varient suivant les auteurs, de passable à bon ou très bon comestible, affaire de goût !

Attention aux confusions avec Amanita excelsa (ex. A. spissa, l'amanite épaisse) toxique crue et elle même très facilement confondue avec la très toxique Amanita pantherina, l'amanite panthère
tableau comparatif entre 3 amanites voir un tableau comparatif entre ces 3 proches amanites ou les différences en images entre ces 3 amanites sur ChampYves.fr (page non responsive).

Amanita rubescens
Amanita rubescens
Amanita rubescens

Synonymes :

Agaricus rubens
Agaricus rubescens
Limacium rubescens
Amplariella rubescens
Agaricus verrucosus
Agaricus magnificus
Amanita magnifica

--------------------

Recherche :

Autres noms communs :

Golmotte
Amanite rougeâtre
Amanite vineuse
---------------------

.de : Perlpilz
.uk : Blusher (The)
.bg : Бисерна гъба
.cz : Muchomůrka růžovka
.nl : Parelamaniet
.ru : Mухомор серо-розовый
.se : Rodnande flugsvamp
.si : Rdečkasta mušnica
.sk : Muchotrávka červenkastá