Astraeus hygrometricus (Pers.) Morgan 1889

Astrée hygrométrique


Astraeus hygrometricus, Astrée hygrométrique.
Astraeus hygrometricus, Astrée hygrométrique.
Astraeus hygrometricus, Astrée hygrométrique.

L' Astrée hygrométrique,

Astraeus hygrometricus, Astrée hygrométrique.

tant qu'il est immature, bien improbable de pouvoir l'apercevoir ; c'est une petite sphère, 2 à 4 cm de diamètre, enfouie, à fleur de terre, vraiment indécelable !

Puis, à maturité, la partie externe du champignon se rompt, s'ouvre presque jusqu'à la base pour former une étoile qui va comporter de 6 à 10 branches ; certains auteurs lui en accordant jusqu'à 20 !
Les branches d'une étoile aux qualités hygroscopiques ; à l'humide, elles se déploient, au sec, elles se referment. Ce qui va permettre au champignon de pouvoir se " mouvoir " en fonction de l'humidité ambiante et de la pente ou des vents, s'ils sont suffisamment forts.

À pleine maturité, la partie interne, de forme sphérique, sessile, légèrement comprimée aux deux pôles, s'ouvre de façon irrégulière, au sommet, par un ostiole plus ou moins rond, non délimité, permettant l'évacuation des spores, au gré de ses " déplacements ".

Dans les bois clairs, préférant les sols sablonneux, secs, d'août à octobre, l'Astrée hygrométrique est un saprophyte terrestre, thermophile, relativement commun dans le Sud de l'Europe.


Quelques Synonymes :

Geastrum hygrometricum
Lycoperdon stellatus
Geastrum stellatum
Astraeus stellatus
Geastrum vulgaris

Autres noms communs :

.de : Gemeiner wetterstern
.uk : Barometer Earthstar
.nl : Weerhuisje
.cz : Hvězdák vláhojevný
.si : Vlagomerni zvezdež
.hu : Repedéses csillaggomba