Psathyrella marcescibilis
(Britz.) Singer 1951

Psathyrelle marcescente

Psathyrella marcescibilis
Psathyrella marcescibilis
Psathyrella marcescibilis

La Psathyrelle marcescente

au chapeau tout d'abord hémisphérique puis vite en cône, en cloche, souvent avec un mamelon obtus, d'environ 35 mm de diamètre, est très hygrophane : du brun brun-rouge à l'humide au gris-corne pâle éventuellement teinté de rosâtre au sec. La marge est caractéristique de cette espèce, elle est appendiculée, crénelée des restes du voile. Les arêtes des lames sont dites givrées, ► Psathyrelle marcescente. : elles restent pâles alors que les faces des lames brunissent à la maturation des spores. Le pied est long, cylindrique, 90 x 4 mm, frêle, très fragile, il casse net à la moindre contrainte ; il est pruineux-floconneux en partie haute. La chair est mince, la saveur douce, pas de réelle odeur.
Une Psathyrelle isolée ou le plus souvent en petites troupes, du mois de mai au mois d'octobre, dans les clairières, bords des chemins, dans l'humus des forêts de feuillus ou mixtes, partout où le sol est riche en débris organiques, mais elle reste, cependant, relativement rare.

Synonymes :

Coprinopsis marcescibilis
Agaricus marcescibilis
Psathyrella fragilissima
Psathyrella lactea

Autres noms communs :

Coprin marcescent
---------------------

.lv : Vīstošā spīgulīte
.nl : Spaanderfranjehoed
.se : Fransspröding
.sk : Drobuľka blanitá