Reticularia lycoperdon
Bull. 1791

Fausse vesse de loup

Reticularia lycoperdon
Reticularia lycoperdon
Reticularia lycoperdon

La Fausse vesse-de-loup

n'est pas (plus) un champignon ; ni vegétal, ni animal mais plus proche des protistes (animaux unicellulaires).
On lui (on leurs) a crée un monde à part : les Myxomycètes (myxo = mucilagineux, gélatineux, gluant et mycète = champignon) au sein du règne des Protozoa.

Ce myxo se présente tout d'abord en une masse granuleuse ►Reticularia lycoperdon blanche (le plasmode), en coussinet plus ou moins phérique de 1 à 5 cm de diamètre, ou allongé jusqu'à 8. Puis, en un second stade, toutes ces granulations se réunissent, s'enferment dans une fine membrane papyracée (le péridium) pour se fondre en une masse gélatineuse blanchâtre dans laquelle baignent et mûrissent les spores. Au fur et à mesure de ce mûrissement, la masse se durcit, brunit jusqu'au presque noir ►Reticularia lycoperdon., devient pulvérulente et le périduim, qui avait pris une teinte blanc-crême ou alluminium, se rompt irrégulièrement sans aucune prédisposition pour libérer cette fine poudre qui contient les spores.

Un myxo relativement commun, sur divers supports comme troncs encore vivants ou à terre, souches, branches mortes, le plus souvent sur feuillus, du printemps à l'automne, éventuellement toute l'année si les conditions ne sont trop extrêmes, mais toujours en présence d'un minimum d'humidité.

Synonymes :

Enteridium lycoperdon
Fuligo lycoperdon

-----------------------
Faux lycoperdon
-----------------------

Autres languess :

.de : Bovistähnlicher Schleimpilz
.uk : False Puffball
.da : Skinnende støvpude
.hu : Hamis pöfeteg
.nl : Zilveren boomkussen
.pl : Samotek zmienny
.cz : Síťovka pýchavkovitá
.se : Sotägg
.sk : Sieťnatka obyčajná